Le top 5 de Franck Marguin : les comédies musicales !

Publié le par Magus

Top 5 des Comédies Musicales 

 

Genre primordial dans l’histoire du cinéma, la Comédie Musicale représente à mes yeux, et à l’instar du Western, une sorte d’Absolu Cinématographique. Où le cinéma dans sa parfaite complétude.

 

1. Les Demoiselles de Rochefort – Jacques Demy (1966)

On est là même bien au-delà de la comédie musicale puisque c’est à mes yeux l’un des dix plus beaux films du monde, tous genres confondus, une sorte d’émerveillement absolu de chaque instant… Une des incarnations terrestres de la perfection divine…

 
2. Singin’ In The Rain (Chantons sous la Pluie) – Stanley Donen & Gene Kelly (1952)

Au delà de la virtuosité étourdissante de ce film magnifique, il est intéressant de se repencher sur son formidable scénario, sorte de version enchantée du noir Sunset Boulevard de Billy Wilder, qui narre le passage à Hollywood du muet au parlant et de tous les dommages collatéraux que cette révolution technologique a pu traîner derrière elle. Un sommet.

 

3. The Band Wagon (Tous en Scène) – Vincente Minnelli (1953)

Parce que Minnelli, en plus d’être un de mes cinéastes favoris, est le plus grand metteur en scène de comédies musicales Hollywoodiennes et parce que ce film-ci est probablement le plus joyeux, foutraque, et enivrant.

 

4. Les Parapluies de Cherbourg – Jacques Demy (1963)

Sans doute car c’est le premier film de l’histoire à être chanté de bout en bout, y compris lors des scènes de dialogues. Et puis surtout pour sa fin, l’une des plus déchirantes que je connaisse, qui m’arrache des larmes à chaque vision.

 

5. Une Chambre en Ville – Jacques Demy (1982)

OK, vous allez me dire que trois Demy dans un Top 5 c’est un peu beaucoup ! Mais je n’y peux rien si je suis un demymaniaque à ce point. Et encore estimez-vous heureux que je ne vous ai pas sorti Peau d’Âne. J’aurai aimé placer Pas sur la Bouche de Resnais, car c’est la dernière bonne comédie musicale sortie à mes yeux, mais la beauté mortuaire et glaciale d’Une Chambre en Ville l’emporte. C’est sans doute le film le plus sombre de son auteur, la scène où Piccoli se tranche la gorge reste un des moments les plus déprimants de ma vie de spectateur. Et puis… c’est le dernier grand film de Demy, alors…

 


Publié dans Franck Marguin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

franck muller replica 20/11/2010 18:42


I would love to witness this with my own eyes. I would surely enjoy this one.