Concert au Zenith - Archive

Publié le par Magus

Samedi soir dernier, j'en ai pris plein les oreilles.
J'ai déjà eu l'occasion de voir le groupe Archive en concert à l'Olympia il y a 4 ans, et c'était déjà très puissant.
Là, pour ce concert "Controlling Crowds", ils ont pris le parti de jouer toutes les chansons de leur dernier album dans l'ordre, nous privant ainsi de tout effet de surprise (ce que j'apprécie en règle générale dans un concert), mais nous faisant en même temps saliver dans l'espoir d'écouter nos morceaux favoris.
Pour ma part, j'ai particulièrement apprécié Quiet Times, avec une performance exceptionnelle du rappeur Rosko John, qui intervenait déjà sur le premier album du groupe, Londinium.


Littéralement, controlling crowds signifie contrôler des foules. En effet, Il s'agit de la principale source d'inspiration du groupe : «L'Histoire de l'humanité nous prouve que l'obsession de la domination et du contrôle de l'autre est toujours justifiée par les philosophies et les croyances. Le chaos de l'humanité est une chose magnifique. Mais est-ce pour autant que cette beauté doit devenir uniformité ? La société occidentale est devenue déconnectée d'elle-même, centrée sur elle-même et méprisante avec l'environnement. Le progrès est trompeur : Nous possédons et produisons bien plus que nos besoins et nous nous laissons fasciner et écraser par ces conforts. Des facilités qui nous empêchent d'aborder la vie d'une façon simple et instinctive.»


Si vous sentez planer l'ombre du Wall des Pink Floyd, vous êtes dans le vrai. Pendant toute la première parie du concert, la performance musicale du groupe était accompagnée d'une vidéoprojection de films très "alan parkeriens".
Les rappels se sont concentrés sur les albums précédents, avec un Numb méga-rock, et un inévitable Again pour clôturer la soirée.

Inoubliable.

François 




Publié dans Influences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alan 23/10/2009 22:33


Je trouve que cette 4ème partie laisse une grande part aux chanteurs. Et je suis étonné de la voix de Pen sur The empty bottle, et de Berrier sur Remove... méconnaissables. On est loin des longs
morceaux musicaux.
Je trouve cet album finalement assez chaleureux, plus apaisé et moins noir que les précédents. Alors Kraftwerk, sans doute pas trop...
Mais ça tourne en boucle aussi. Sauf que bon, faut que je me lève de temps en temps réapuyer sur l>.


Alan 22/10/2009 14:34


Ah tiens !
J'ai largement préféré le concert de la précédente tournée. Dejà à Bordeaux on n'a pas accueilli Maria Q (à Paris chais pas vous ?).
Et puis les claviers historiques semblaient moins inspirés...
Malgré tout : vatche musique !
Oui oui Pink Floyd, mais de moins en moins quand même (étonnamment, Gilmour était remercié dans les 1ers albums, plus trip-pop que plannants)
Didon : le nouvel album est sorti ces jours-ci !!!


Magus 23/10/2009 18:04


Hello Alan,

Maria Q n'était pas à Paris non plus, snif!
Et Part 4 est bien sorti, et je l'écoute en boucle!!
J'avoue que j'étais un peu inquiet de voir un nouvel album aussi rapidement après Controlling Crowds, mais quelle heureuse surprise!!!
Je sais pas ce que tu en penses, mais certains morceaux me font penser à du Kraftwerk.

F.